Les Fictions Sonores que j’écoute [La Jetée]

Ceci est l’histoire d’un homme marqué par une image d’enfance.

C’est ainsi que commence « La Jetée » oeuvre/film/fiction sonore mise en images de Chris Marker. Je profite de la récente sortie d’une magnifique édition vinyle chez Superior Viaduct pour (re-re-re-) partager avec vous ma passion pour ce court métrage de 1962 dont le non moins excellent « L’armée des 12 Singes » est le remake et non, je ne parlerai pas de cette abomination qu’est la série sortie l’année dernière.

Ce court de 26 minutes a la particularité d’être une succession de photographies (à l’exception d’un plan filmé). A la manière d’une fiction sonore, Jean Négroni raconte l’histoire en voix-off accompagné de légers bruitages et de musiques. J’ai vraiment été très marqué par ce chef-d’oeuvre de science-fiction. Il m’a d’ailleurs beaucoup inspiré au début de mes créations audio. L’appartement était basé sur ce mode de narration et j’avais même utilisé certaines répliques tirées du film dans une transmission. L’idée même de roman-photo sonore me trotte dans la tête depuis longtemps et je pense m’y tenter un jour ou l’autre.

Beaucoup ont analysé de manière très fine La Jetée, je ne tenterai donc pas de les copier. Si vous souhaitez découvrir le film, sachez qu’il est facilement trouvable sur les internets, par exemple ici :

La Jetée from cinebuleuse on Vimeo.

Depuis longtemps je traite cette oeuvre comme une fiction sonore (ce qu’elle n’est pas, évidemment) en l’écoutant au casque le soir. La sortie en disque vient me conforter dans l’idée qu’elle fonctionne très bien ainsi. Le vinyle contient la version française et la version anglaise que je ne connaissais pas (et qui est aussi très bonne) ainsi qu’un joli tirage photo de la scène plagiée hommagifiée dans « 12 Monkeys » de Terry Gilliam.

PS : Je ne peux que vous conseiller fortement de vous intéresser à l’ensemble de l’oeuvre de Chris Marker qui contient énormément de pépites toujours un peu expérimentales mais vraiment excellentes pour peu qu’on s’y attarde.

 
7 Kudos
Ne
bougez
pas!