Aller au contenu

Macrales [Revue d’été des fictions sonores 2022 – article 06] + Interview de Caroline Prévinaire

Macrales est une mini-série audio – pour les petits et les grands enfants – écrite par Caroline Prévinaire et Katia Lanero Zamora pour le studio LVDT (La Voix Dans ta Tête). J’avais déjà parlé en 2019 d’une de leurs créations : l’excellent polar Doulange.

Les macrales, en wallon liégeois, ce sont les sorcières des légendes locales. Les 5 épisodes de 10 minutes de cette série sont justement articulés autour des petites histoires qui font peur et qu’on raconte autour d’un feu. C’est ce que font Emilie, Suzy et Dries, compagnons de vacances involontaires, qui se sont rencontrés dans un camp de déconnexion numérique dans une forêt des Ardennes.

J’aime beaucoup l’utilisation du format audio pour raconter de vieux contes et légendes tout en plaçant l’ensemble dans un contexte actuel. Pour ne rien vous cacher, c’est ce que je voudrais faire dans mon futur projet sur les Pyrénées. En attendant de vous jeter sur cette excellente fiction Macrales : une nouveauté dans cette édition de la revue d’été ! Je vous propose une interview en 6 questions de Caroline Prévinaire, scénariste de Macrales.

6 questions à Caroline Prévinaire

1) Bonjour Caroline, pouvez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours jusqu’à la fiction sonore ? 

Je suis comédienne de formation et licenciée en théâtre à l’IAD. J’ai fait du théâtre de rue pendant 10 ans avec, entre autres, un spectacle qui alliait les projections monumentales avec des acteurs en live : “Y a de la lumière chez l’voisin !”.

Et puis, en 2018, je venais d’être maman et j’ai une amie qui m’a glissé sous le nez un appel à projet de la RTBF pour leur premier podcast de fiction. Je lui ai répondu que je ne savais même pas ce que c’était un podcast (je disais encore « postcast »), mais elle m’a répondu : « je suis sûre que tu vas avoir une idée ». La graine était plantée ! Un mois et demi plus tard, on rendait le dossier pour Doulange et on était pris. C’était ma première expérience d’écriture audio et de réalisation audio. Et heureusement, j’ai trouvé Katia Lanero Zamora sur mon chemin, qui a fait le travail d’écriture avec moi. Il faut savoir que, du développement à la diffusion, il s’est écoulé 4 mois. Donc c’était très très intense et une vraie “école de la vie” comme on dit.

Avec cette première expérience, je me suis rendue compte que le podcast me permettait la même chose que le théâtre de rue, c’est-à-dire: offrir des propositions culturelles fortes aux gens là où ils sont. Quand je faisais du théâtre de rue, c’était dans la rue, avec le podcast, c’est sur leurs téléphones portables. Je me suis aussi rendue compte que le secteur belge était pratiquement inexistant. Ça voulait dire qu’il fallait tout inventer. Et ça, c’était plutôt grisant. C’était un nouveau terrain de jeu où je pouvais amener mon expérience du secteur théâtral, mais pour développer un secteur. Du coup, on a complètement recentré notre compagnie de théâtre vers l’audio et le podcast.

Photo issue du flux YouTube de la RTBF : https://www.youtube.com/watch?v=iYAxhbMv_2A

2) Qu’est-ce qui vous a attiré dans le travail de la fiction sonore ? On travaille différemment dans ce domaine que dans d’autres domaines de la fiction ?

Ce qui me plait beaucoup dans l’écriture audio, c’est son côté hybride. À la fois on est dans de l’audiovisuel et en même temps, on a les codes et les conventions du théâtre ou de la littérature. Ça veut dire que l’auditeur doit faire la moitié du chemin vers l’histoire qu’on lui raconte. Les images se construisent dans son imagination. C’est lui qui donne des visages aux personnages, etc. On raconte l’histoire ensemble et l’auditeur est obligé de s’impliquer dans le processus.

L’autre avantage de l’audio, comme au théâtre ou dans un livre, c’est qu’on peut faire ce qu’on veut. L’exemple que je prends souvent c’est que : dans « Doulange », si on avait voulu faire exploser la centrale nucléaire, on pouvait. Il nous suffisait de trouver un son d’explosion dans une banque de sons. Alors que faire ça en audiovisuel, ça demande tout de suite des moyens assez colossaux pour ne pas avoir l’air “cheap”. C’est une grande liberté. On peut inventer tout ce qu’on veut, raconter tout ce qu’on veut, pour peu qu’on guide bien le trajet de l’auditeur dans la fiction et qu’on le prenne bien par la main. Et ça, c’est très agréable !

Peut-être qu’une spécificité unique à l’audio c’est qu’il faut penser en son et pas en image. Il faut rendre son imagination aveugle. C’est un peu anti-naturel comme démarche. On doit sans cesse jouer avec les couches de narration (voix, musiques, création sonore, bruitage et foley, etc.) pour arriver à guider le spectateur et son imaginaire. Dans mon process, j’ai pris l’habitude de laisser les épisodes “reposer” quelques jours et puis de les réécouter. Souvent, il y a plein de choses que je ne comprends plus. Ça m’oblige à recentrer la création pour revenir à l’essentiel : ce qui supporte l’imaginaire de l’auditeur.

3) On vous connaissait pour Doulange : un excellent polar en found footage, on vous retrouve avec Macrales : de petits contes horrifiques pour tous. C’est très hétéroclyte. Ce sont des commandes ou c’est vous qui aviez envie de raconter des histoires différentes ?

Mon métier à moi, c’est de raconter des histoires quelles qu’elles soient pour des publics différents. Je n’ai pas de marotte, de choses que j’aime plus faire que les autres. Ce que j’aime, c’est raconter des histoires et raconter des personnages qui me visitent. Après “Doulange”, il y a eu « Terre de brume » une adaptation que j’ai faite pour la RTBF d’un roman fantasy pour les 12-15 ans et puis maintenant « Macrales » et “Petits Génies”. D’ici juin on sortira “Transmission”, on est aussi en train de développer un podcast d’horreur pour la chaîne belge Tipik… Ce sont des projets très différents.

« Macrales », c’est un projet qui me tient très fort à cœur. J’ai une petite fille de 4 ans et, en fait, je ne savais pas comment lui transmettre le patrimoine et les légendes de la région où je vis. Notre dialecte, notre folklore se perdent… À force de les avoir formalisés dans des livres, on a oublié de se les transmettre… Donc, j’avais envie de recréer une expérience de la transmission orale avec les outils d’aujourd’hui. Et avec cette caractéristique de la transmission orale qui veut que les histoires évoluent pour refléter les enjeux de société de l’époque.

Cette première saison est consacrée à la Province de Liège, mais on espère pouvoir développer d’autres saisons pour les autres Provinces de Wallonie.

Illustration Julie Gelon pour Macrales

4) D’où viennent vos idées de départ pour ces fictions ? Le projet de vos rêves à l’audio, c’est quoi ? Il va se réaliser ?

Les idées émergent de rencontres, de discussions, d’appels à projets qu’on voit passer. Pour avoir des idées, il suffit d’écouter et d’observer le monde qui nous entoure.
J’ai pas vraiment de projet audio de rêve. Pour le moment, je suis toujours dans une phase d’exploration, d’apprentissage, d’amusement et d’émerveillement par rapport au son.
Le projet de rêve c’est peut-être simplement de bosser avec l’équipe qu’on a réunie. On s’amuse et ça, c’est le principal.

5) Vu de France, on a l’impression que la Belgique est un super laboratoire à fiction sonore qui produit beaucoup de studios indépendants, vous ressentez cette émulation ?

En Belgique, on a pas énormément de studios indépendants, en fait, on en a très peu. Il y a lvdt, We tell stories et puis des créateurs indépendants. Par contre, ce qu’on a, c’est une grande tradition de la création radiophonique. Avec, entre autres aussi, le fond d’aide à la création radiophonique (le FACR) où des artistes peuvent aller chercher des subsides pour créer leurs fictions ou leurs documentaires.

C’est ça qui fait qu’on a un terreau fertile à la création audio. Mais l’enjeu en Belgique, à l’heure actuelle (au-delà de construire des audiences aux podcasts belges) c’est de créer un secteur qui comprend les enjeux spécifiques au podcast (flux RSS, création de communauté, etc.) par rapport à la création radiophonique. Et on y travaille activement avec notre projet lvdt.audio.

Site lvdt.audio un site bibliothèque de podcasts avec de nombreux articles passionnants sur le média

6) Pour terminer cet entretien, avez-vous découvert d’autres créations audio que vous aimeriez partager avec nous ?

Si je devais recommander le travail de quelqu’un je commencerai par celui de Mehdi Bayad. Après, j’écoute surtout des fictions en anglais. D’abord il y a «Two princes» de Gimlet Media. C’est un podcast qui m’a inspiré pour «Terre de brume» ou «Macrales».

Pour «Doulange», mon inspiration c’était «Homecoming». Je l’ai décortiqué dans tous les sens pour réfléchir à ma réalisation audio. Et puis il y a «The Horror of Dolores Roach», toujours chez Gimlet.

Je remercie Caroline Prévinaire, Christine Luthers et toute l’équipe de LVDT pour leur gentillesse et leur disponibilité pour réaliser cette petite interview.

MACRALES

les plus

  • Une interprétation au poil
  • Un mixage super propre, une ambiance sonore riche et une musique excellente
  • Une adaptation de contes et légendes, je kiffe !

les moins

  • On en veut plus !
Des petites histoires qui font peur mais qui s’adressent aux grands et aux petits.
+1
2
+1
1
+1
0
+1
2
+1
0
+1
0