Aller au contenu

Retravailler une ancienne création

Aujourd’hui, on publie l’épisode 4 du calendrier de l’Avent du Netophonix et je voulais revenir sur une des musiques qui y apparait. Elle s’intitule « Faut que je casse un truc ! ». Ce qui est amusant, c’est que c’est une musique que j’ai composée il y a… 15 ans, en 2007.

Voici la musique de l’époque, ne mettez pas le volume trop fort sur vos écoutes, c’est un peu costaud, comme beaucoup des choses que j’exportais à l’époque (le EBU R128, j’en avais jamais entendu parler) :

443444, c’est son titre

Voyage en 2007

Sarko est président à cette époque, pas encore en prison, c’est dingue non ? De mon coté, je ne fais pas encore de fiction sonore, ça aussi c’est dingue. A l’époque, j’occupe mes week-ends en participant à un concours de création musicale, les Noctaventures.

Je faisais aussi beaucoup de musique « pour moi » en espérant un jour pouvoir travailler avec une petite équipe qui développerait un jeu vidéo. Bon, ça n’est toujours pas arrivé 15 ans plus tard… mais je m’amusais bien avec mon Emu E404 (voir photo) et mon clavier Emu Xboard 49 (voir photo).

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress

Je ne me souviens plus exactement comment cette musique a été écrite mais je me souviens que j’avais choppé un VST de guitare « réaliste » pour l’époque et que j’avais très envie de le tester. J’écoutais beaucoup de musique traditionnelle et je pense qu’on ressent une « ambiance » europe de l’est dans cette composition qui se sépare en deux parties, une première partie enjouée en rythme binaire 4/4, puis une valse (donc en 3/4) plus douce. Comme on revient ensuite au binaire, le titre que j’ai donné au morceau au moment de l’exporter était 443444.

Retour en 2022

Je ne sais pas exactement si ce que je vais expliquer va vous parler ou pas. Parfois, quand je fais de la musique, je fais des associations d’idées, comme on peut le faire avec les mots, une sonorité, une suite d’accord, quelque chose va déclencher un souvenir musical. Et bien, en composant la bande originale du calendrier pendant le mois de mai, un souvenir de cette mélodie m’est revenu. Une petite rengaine dans un coin de la tête que j’ai commencé à siffloter.

Au bout de quelques jours, j’ai parcouru ma bibliothèque pour savoir si je possédais encore un enregistrement de cette musique. Comme je garde à peu près tout, je l’ai retrouvée facilement et en la ré-entendant, j’ai su qu’elle allait coller parfaitement pour une scène que je devais monter dans un de mes épisodes. mais il y avait quand même quelques problèmes :

  • Les VSTs « réalistes » de 2007, ne le sont plus en 2022 et la guitare sonne… en carton.
  • Les « accords » que j’avais écrit sonnent… bizarrement ? Pour ne pas dire… faux sur une partie de la mélodie. Faut dire… il n’y en que 2.

Dans ce cas, on a deux solutions. Ré-écrire le morceau « from scratch » ou retrouver un fichier Cubase qui permettrait de gagner du temps en retrouvant la mélodie facilement. Comme je suis une feignasse, j’ai bien sûr opté pour la seconde.

De l’importance des sauvegardes

Je ne sais pas quel système de sauvegarde de données vous avez choisi. Moi, depuis que je suis sur Mac, j’aime beaucoup Time Machine. Ca permet de sauvegarder tous les changement récents à chaque fois que je branche le disque dur et de naviguer dans le temps pour retrouver les anciens documents. Bon par contre, je ne suis passé chez Apple qu’en 2009 donc pour retrouver le .CPR (format de fichier de Cubase) de ce morceau… c’était mort.

Heureusement, à l’époque je gravais fréquemment des DVDs de sauvegarde, surtout pour le boulot, mais quand il restait de la place, j’ajoutais mes musiques. Comme je suis très organisé, j’ai bien rangé mes DVDs dans mon appart, avec une date écrite clairement dessus et… non, je déconne… j’ai une pile de DVDs la moitié est gravée, l’autre vierge et rien n’est écrit dessus, c’est un bazar sans nom. Bref, après quelques heures de recherche pour trouver… un lecteur DVD, j’ai pu commencer à fouiller pour retrouver le CPR.

Waaaaaaaaaaah ! *bruitage*

Et vous savez quoi ? Je l’ai retrouvé ! Il m’attendait bien sagement sur un DVD de 15 ans qui ne posait pas de problème de redondance cyclique… c’est dingue, non ? J’allais gagner tellement de temps en n’ayant pas à ré-écrire complètement le morceau !!!

Ré-écrire complètement le morceau

Bon au final, vous vous en doutiez, quand on travaille sur une si vieille création, on fini par la reprendre à zéro.

En effet, en ouvrant le CPR d’origine… c’était un peu le bazar, pour les connaisseurs/sseuses il allait me chercher les pistes midi et les VSTs sur des pistes différentes (ça fonctionnait comme ça à l’époque) et l’automation posait de gros problèmes. J’ai donc copié la piste de la mélodie dans un nouveau CPR (histoire d’avoir retrouvé la sauvegarde pour quelque chose quand même).

Dessous, j’ai ajouté un piste piano et une piste d’accords, un nouveauté des dernières versions de Cubase qui est très pratique pour les gens comme moi qui ne connaissent pas grand chose en théorie musicale. Je sais à peu près écrire mes accords « à l’oreille » en testant des notes sur mon piano, la piste accords m’aide à trouver leur nom et parfois me propose des variations intéressantes que je n’entendais pas.

La piste Piano et la piste d’Accords sur le nouveau CPR

Comme vous le voyez sur l’image du dessus, la piste d’accord est mutée, elle ne joue pas, elle me sert juste à obtenir les noms des accords que j’ai joué au piano. Ça va être très utile pour l’étape suivante : programmer la guitare.

Programmez les guitares, synthétisez le tambour…

Depuis quelques temps pour mes guitares et basses j’utilise les instruments de chez Ample Sound qui sont tout bonnement… réalistes (en 2022) ! En plus de la possibilité de jouer l’instrument corde par corde de manière très proche de la réalité, l’instrument propose un programme de « Strum » qui va donc « Gratter » des accords selon un rythme qu’on va lui donner. C’est là que résidait tout l’intérêt de connaître le noms des accords de ma musique. je les ai selectionnés, j’ai entré un rythme pour gratter les cordes et… magie ! La guitare s’est mise à jouer toute seule.

Ensuite je me suis lancé dans tout le travail de ré-écriture du morceau, je vais passer assez vite sur cette étape car cet article commence à être long, voici juste quelques anecdotes :

  • La structure est restée la même avec un passage Valse mais complètement différent du morceau d’origine. D’ailleurs je préfère la transition vers la valse du morceau de 2007.
  • On entend évidemment le thème de Johnny (entre 0:39 et 0:50) et la reprise du motif principal (au piano vers 1:20)
  • Il y a un instrument de 2007 que j’ai gardé dans la version de 2022, c’est le Tuba qui provient de la Colossus, je n’ai jamais trouvé mieux comme Tuba « Big Band » depuis.
  • Le tempo commence à 125 et termine à 165 par paliers, pour montrer… l’énervement de certaines personnes dans cette scène, la musique est d’ailleurs calée sur la scène à la seconde près pour bien accompagner l’histoire.
  • J’ai passé plus de 15 heures sur la reprise de ce morceau. Juste pour donner une idée.
Voici le projet Cubase de cette version

Pour terminer, je vous laisse (re)découvrir la musique complète et sans dialogue pour entendre la différence entre les deux projets. Etrangement en les écoutant ce matin, je n’ai pas de préférence. J’aime autant celle de 2007 que celle de 2022. Et vous ?

Faut que je casse un truc !
+1
8
+1
1
+1
0
+1
0
+1
0
+1
0